MÉDUSE

J’ai pris la photo
de ce moment où tu regardais le lointain
dans l’abysse de tes secrets
nous étions le décor
de la pierre
du sable
trop saoul pour te suivre
toi
tu flottais
indifférent au temps
sûr de ta puissance
toi
en contre-plongée
détaché et sans but
comme une méduse
soleil blafard
profondeurs sublimes
lumière délétère
que l’on veut boire
à s’en craquer les coutures
jusqu’à l’overdose
un truc païen
pour trouver la paix
à titre posthume
sans l’accoutrement
sans les manières
sans la prière
et toutes ces choses
qui nous détournent
de l’objectif
de toi
hors-champ
inatteignable
dans l’abysse de tes secrets
hors de moi
plombé par la douleur
incapable de te ramener vers nous
juste bon à prendre une photo
pour immortaliser notre ruine
jalousie
jalousie
jalousie
ressassée jusqu’à l’overdose
toi
hors de tout
d’une beauté insoutenable
tu regardais le lointain
tu étais tellement
libre

Cette entrée a été publiée dans Texte. Bookmarquez ce permalien.

Dire ce que vous avez au fond de la gorge

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s