Rodrigue Lavallé

RodrigueLavalle

par quel bout commencer dire
ne pas dire cette chose là
-ne pas la dire ce serait un bout-
mais dire cette chose pourtant

le geste lent trancher par le milieu
dans le vif du ventre en extirper cette chose
qui ne demande qu’à ne demande rien
qu’à
prendre forme

Site(s):

Publications :

.

Publie des textes dans des webzines tels que Le Capital des mots, Voxpoési, Ratures, Soc et Foc (florilèges)…
Certains sont parus dans des revues numériques ou « papier » : Incertains regards ; Bleu d’encre ; 2000Regards ; FPDV ; Les tas de mots ; Le livre à disparaître ; Paysages écrits ; Vents alizés ; Comme en poésie ; L’assaut ; Levure Littéraire ; Traction Brabant ; Gelée rouge; Recours au poème
A paraître : Haies Vives (Septembre 2013) ; Nouveaux délits (2014); La page Blanche (fin 2013)…

.

Textes lus dans l’émission:

.

Homo Clinicus (extraits)


.

Textes à lire au plus vite:

.

L’homme ployé

.

avant l’aube
bien avant
que le mot aube s’épelle
aux prémices du jour
fenêtres salies par l’haleine des voix

avant
bien avant
que les mots dessinent les contours des objets
dans la profondeur nocturne
ou peut-être
l’épaisseur du silence

il ne sait pas lui l’autre nom
de cet autre lieu du temps
ce coin dans la pliure de la nuit
son corps
une tâche qui s’étale
humide encore de la cavité maternelle

il y a soudain fumant
café noir en spirale
sa mousse dans la tasse
blanche la tasse et dedans
son visage
bien avant le premier visage nommé

il ne sait pas lui
cigarettes café fenêtre
et derrière la fenêtre sale
de l’haleine des corps passés
la buée d’autres bouches
sur d’autres fenêtres

il ne sait pas
pourquoi mais longtemps
il tentera d’asphyxier
sa vieille amie la mouche
comme une idée qui lui échappe toujours
sur le bout de la langue

il ne sait pas
dans la grotte intime cet océan de bouche
filament de salive entre dent et racine
orée de la gencive
sur le bout de la langue
un souvenir surnuméraire

il tentera plus tard
de remonter à la surface de son corps
dans d’âpres négociations
comptera ses battements chaque minute
recommencera trois fois
dans la raideur de son âge
tout à l’heure chaque membre à son tour
dans la raideur du matin
l’asphyxie commune

des morceaux de silence encore sur les épaules
fondant sous la pluie sale
d’autres regards
ployés sous le même joug

étoile

2 réflexions sur “Rodrigue Lavallé

  1. Pingback: Emission N°2.2 – 26/09/2013 | Une étoile dans la gorge

  2. Pingback: Emission N°8.1 – 2013 | Une étoile dans la gorge

Dire ce que vous avez au fond de la gorge

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s